Background - Genèse

Page go.png

Cet article ou section est incomplet et susceptible de requérir une extension ou un nettoyage.
Merci d'améliorer cet article ou d'en discuter sur la page de discussion. Autres articles incomplets ou ayant besoin de clarifications.

Les univers

Vous avez sans doute remarqué que les Maîtres d'Armes ne sont pas tous nés dans la Cité Eternelle. Certains d'entre eux viennent de très loin, et même d'autres mondes, où tout est différent de chez nous. Dans certains de ces univers, tout le monde maîtrise la Magie. Dans d'autres, elle n'existe tout simplement pas. Dans certains d'entre eux, les habitants se déplacent grâce à des chariots de métal qui roulent plus vite qu'un cheval au galop, ou même grâce à des oiseaux mécaniques qui leur permettent de voler.

Chacun de ces Univers est différent, et les Lois qui le régissent peuvent varier du tout au tout. Nul ne sait combien d'univers différents sont ainsi reliés au nôtre, et chaque jour un Maître d'Arme étranger arrive dans la Cité Eternelle, soit par la route, soit par l'un des portails que vous avez déjà du voir scintiller aux portes de la Cité.

La majorité des gladiateurs, par contre, est issue de notre Univers. Humains, Elfes, Nains, Orcs, Reptants, Minotaures et Ratlings sont tous issus de notre monde, ce qui explique pourquoi ils sont si nombreux dans les Arènes. On évoque souvent aussi une mystérieuse race vivant sous la terre, les Gobelins, mais s'ils existent, ils ont apparemment décidés de ne pas se montrer.

Parmi la très grande variété des races des autres univers, seules certaines peuvent accéder aux Arènes, les autres devant se contenter de travailler dans la Cité Eternelle ou de devenir Maître d'Armes. Certaines d'entre elles sont clairement apparentées aux races de notre monde, comme les Elfes Noirs et les Hauts Elfes le sont aux Elfes de notre univers. D'autres sont plus étranges, comme les Gnolls ou les Félinis. On ne sait pas très bien ce qui permet que certaines puissent combattre et d'autres non. Sans doute l'Oracle le sait-il, mais il ne le dit pas. Et je ne peux pas vous en dire plus.

Les Lupins, les Liches et les Ogres Albinos sont un cas à part, j'y reviendrai ultérieurement. Mais pour bien comprendre l'histoire de notre Cité, il faut d'abord plonger dans les brumes du temps et revenir à l'histoire de Création. Non, je n'ai pas dit "de la création". J'ai bien dit "de Création".

Création et création

On dit que la création de cet univers et des autres est l'oeuvre de forces hors de portée de la compréhension des êtres vivants. Ces forces, sans personnalité réelle, portent différents noms suivant les peuples qui les évoquent ou leur dressent des temples. Parfois au nombre de deux, parfois trois, elles ont pour nom Loi et Chaos, Espace et Temps, Matière et Energie. Peu importe, je suppose, puisqu'elles n'ont pas de conscience pour savoir qu'elles sont nommées. Je suppose d'ailleurs que les temples qui leur sont dédiés n'ont pas une grande influence sur l'ordre des choses... Quoi qu'il en soit, on les appelle les Principes.

De leur opposition sont nés les premiers êtres doués de conscience. On les appelle les Grands Dieux, ou Archétypes. Ils sont nés par paires, et nul ne connait leur nombre exact. Les êtres vivants leur ont donné des noms, qui ne reflètent qu'imparfaitement leur nature. Les légendes évoquent Dame Amour et Messire Haine, le Mage Roi et le Chercheur ... Deux d'entre eux ont pourtant un rôle particulier dans l'Histoire de notre monde, car ils l'ont parcouru et le parcourent peut-être encore : il s'agit de Mort et de Création, frère et soeur d'après la Tradition, et qui sont à l'origine de la fondation de cette Cité.

Mais avant de conter leur histoire, revenons au rôle des Archétypes dans la création des multiples univers. Chaque Archétype, depuis sa création, est lié à un endroit précis, un Lieu de Puissance. Les habitants de la Cité Eternelle clament que tous les Archétypes sont nés dans notre univers, et que tous les Lieux de Puissance se trouvent sur ce monde. Peut-être. Peut-être pas. D'autres mondes clament la même chose, à tort ou à raison. Ce qui est certain par contre, c'est que le Lieu de Puissance de Création se trouve bien sur notre monde, et c'est ce qui explique l'existence de notre Cité.


Masques, Anciens Dieux et Nouveaux Dieux

Par leur simple existence, les Archétypes ont façonné les différents univers, le nôtre comme ceux d'où proviennent les Maîtres d'Armes. Chacun de ces Univers est plus ou moins influencé par les différents Archétypes, et les Sages de la Cité pensent que c'est le mélange de ces influences qui définit les Lois qui régissent ces Univers.

Ces influences mélangées ont également donné naissance aux Dieux de chaque Univers. On les appelle les Anciens Dieux, et leur puissance est liée à leur Univers de naissance. Certains peuvent voyager à travers les univers, d'autres non semble-t-il. Dans tous les cas, leur puissance décroît au fur et à mesure qu'ils s'éloignent de leur Univers de naissance.

Il arrive également que des Archétypes s'incarnent dans l'un de ces Univers, et se présentent comme l'un de ces Dieux, pour des raisons qui lui sont propres. On parle alors d'un Masque, car ils se déguisent en Ancien Dieu pour poursuivre quelque dessein qui nous reste celé.

Pourquoi "Ancien Dieu"? Hahaha. Excellente question. Il a fallu de nombreux siècles pour que l'on prenne conscience du pouvoir de la Foi. Il semble que la Foi des fidèles alimente la puissance des Dieux en lesquels les fidèles croient. Et il arrive, lorsqu'un Héros ou un Champion aux mérites inégalés marque la mémoire des habitants d'un Univers, qu'une Religion à sa gloire se développe, qu'il soit encore du monde des vivants ou non d'ailleurs. Lorsqu'un tel être est vénéré par suffisamment de fidèles, il est aujourd'hui démontré qu'il finit par acquérir les pouvoirs et attributs d'un Dieu. On nomme ces êtres les Nouveaux Dieux, par opposition aux Anciens, et certains marchent au sein de la Cité Eternelle.


Les êtres vivants

Les Archétypes sont donc nés par paires, et ont donné naissance aux Anciens Dieux dans les différents Univers. A ce stade, néanmoins, les êtres vivants et les différentes races n'existaient pas encore.

C'est Création qui eut l'idée de créer la Vie. Elle expérimenta, et de cette expérience naquirent les Dragons Primordiaux. On dit que ce sont leurs voyages qui créent les chemins reliant les différents Univers.

Les autres Archétypes, en réaction à cette merveille (certains disent jaloux, d'autres inspirés), voulurent copier cette oeuvre magistrale, et Création les y aida. C'est ainsi que naquirent les races de notre monde, que nous nommons les Races Fondamentales : Humains et Elfes, Nains et Orcs, Minotaures et Reptants, Ratlings et même ces mystérieux Gobelins s'ils existent vraiment.

Dans chacun des autres Univers, les Anciens Dieux créèrent également des formes de vie locales. La plupart d'entre elles se croisent de temps en temps dans notre Cité, mais pas dans les Arènes. Des Erudits ont émis l'hypothèse que les races admises dans les Arènes étaient issues des Masques, et non de "simples" Anciens Dieux. Mais ce n'est qu'une hypothèse.


La chute de Création

De même que la Foi des fidèles alimente l'Energie intrinsèque des Dieux qu'ils vénèrent, Création avait puisé dans son Energie pour donner naissance aux Dragons Primordiaux.

Qu'elle eut mésestimé le problème ou qu'elle eut été piégée par les autres Archétypes envieux, la création par ces Archétypes des autres races de notre monde puisa trop, beaucoup trop dans son Energie. Et Création vit son Energie se dissoudre dans ces oeuvres, jusqu'à la limite de sa propre disparition.

A partir de là, les récits divergent. Il semble que cet événement ait chassé tous les Archétypes loin de notre monde et des univers les plus proches, en pervertissant leur influence. Seul Mort resta, et chercha à venir en aide à sa soeur.

Le récit de ces efforts est conté dans la Geste de Dino, que je vais maintenant vous narrer...

La Geste de Dino

Les temps obscurs

Sur le lieu où la Cité allait apparaître, la terre était plus fertile, les plantes plus fortes, les animaux en meilleure santé. Le cours d’eau proche regorgeait de poissons.

Une forêt commença à s’étendre à partir des premiers arbres, elle progressait extrêmement rapidement. Des elfes vinrent s’installer se fondant dans l’environnement. Ils se fondirent tellement, que l’on n’entendit plus parler d’eux assez rapidement. De leur présence, il ne resta bientôt plus aucune trace. Des centaines d’êtres intelligents disparurent en quelques années sans que l’on sache pourquoi.

A plusieurs reprises des villages se créèrent pour profiter des conditions de vie apparemment idylliques. A chaque fois les communautés semblaient prospérer, et à chaque fois, un jour, on ne trouvait plus personne. Parfois les gens s’étaient entretués, parfois ils disparaissaient sans laisser de traces.

Nul ne semblait survivre très longtemps en cet endroit.


Le premier Oracle

Le cycle continua longtemps, jusqu’à ce que dans une communauté entièrement détruite, une jeune enfant survécût, car le jour où son village fut massacré, elle s’était éloignée. Revenant chez elle, elle découvrit les corps. Elle pleura ses morts, inondant la terre de ses larmes. Une ombre la recouvrit, un homme immense se tenait derrière elle. Sa présence était si forte, qu’elle se sentit écrasée, un insecte devant ce regard gris, triste et froid.

« Toi aussi tu la pleures. » Ce furent les seuls mots de l’individu. Au même instant, les corps, les maisons et les objets furent absorbés par le sol. Le village disparaissait. Il prit l’enfant dans ses bras et l’amena au milieu de la forêt, devant le plus vieil arbre, celui qui marquait l’endroit où Création avait disparu.

L’arbre était immense, d’une espèce unique, il dépassait tous les autres. Le bruissement des feuilles semblait parler à l’homme. L’écorce se fendit, et de la sève coula. L’homme la recueillit et la fit boire à sa protégée.

A cet instant, elle grandit, devenant une jeune femme d’une beauté sans égale. Son esprit englobait les environs, elle sentait tout, du plus petit brin d’herbe jusqu’à l’arbre éternel, de l’insignifiante fourmi, jusqu’au plus énorme des dragons. Elle sentait le pouvoir de cette terre, elle le contrôlait. Elle sut ce qu’étaient devenus tous les précédents habitants de la région. Certains comme les elfes s’étaient fondus dans l’environnement, changeant et mutant jusqu’à ne plus être eux-mêmes, mais autres choses, d’autres comme ceux de son village ne supportant pas cet afflux de pouvoir finissaient par s’entretuer.

Elle se tourna vers l’homme « Ta Sœur Te remercie, Elle ne T’oublie pas, mais Elle peut Te rejoindre. » L’homme sourit, et se retourna, sa cape volant autours de lui. Quand elle s’arrêta de bouger, elle tomba au sol, vide. La jeune femme la prit et s’en vêtit. Elle s’agenouilla, embrassa la terre « Je suis Ton Oracle. » La nature se fit silencieuse pour rendre hommage à l’Oracle, une meute de loups l’entoura pour ne plus la quitter. La clairière autours de l’arbre s’agrandit, et un palais surgit du sol, entourant l’arbre.

La fondation de la Cité

L’Oracle vécut seule entourée de la nature pendant de nombreux siècles. Autours d’elle, la vie s’épanouissait dans toute sa splendeur.

Mais de nouveau, des hommes tentèrent de vivre dans ce lieu. Elle choisit de les y aider. Cette fois-ci, ils ne s’entretuèrent pas, ils ne disparurent pas, ils vécurent et prospéraient. Ils vivaient à la limite de la forêt, n’osant pas y pénétrer.

L’Oracle les regardait, les aidait parfois. Alors que cela faisait plusieurs générations que cette communauté vivait là, elle choisit de se faire connaître. Toujours seulement vêtue de sa cape, elle s’approcha du village. En voyant cette créature parfaite qui sortait de la forêt qui leur faisait si peur, les habitants l’attaquèrent, pour tenter de tuer ce démon.

Surprise, elle s’enfuit jusqu’à son palais, où ses compagnons animaux et créatures fantastiques ne purent la réconforter. Elle se tourna vers les loups, et ils se redressèrent, grandirent, grossirent, se mirent debout, devenant les symboles terrifiants de sa colère.

Elle avait ses guerriers et ses assassins. Du sol sortit une lance, elle la saisit et se dirigea avec ses nouveaux serviteurs vers le village, et commença à massacrer, à tout détruire.

Elle avait pratiquement éliminé tous les habitants, quand l’homme aux yeux gris se dressa devant elle. « Tu prends Mon rôle, c’est Moi qui peut tuer et massacrer, c’est Moi qui détruis ce qui a été créé, ce n’est pas ta fonction. » Elle voulut le frapper, mais sa lance se brisa, elle voulut le repousser mais ne put l’approcher. Un loup l’attaqua, mais un regard le fit tomber mort. « Tu n’es que l’Oracle de ma Sœur, tu ne peux rien contre moi. »

Elle le regarda incrédule, depuis si longtemps personne ne pouvait résister à sa volonté. « Ces gens sont sous Ma protection, tant qu’ils resteront ici, tu ne pourras pas les détruire, ni toi, ni un de tes serviteurs. » Elle voulut répondre mais aucun son ne sortit de sa bouche. « Tu n’as pas le choix, J’en ai décidé ainsi, Ma Sœur, là où Elle est, est d’accord. Tu dois te plier ou disparaître. » Elle pencha la tête, et lâcha sa lance. L’homme se tourna vers les survivants « Vous êtes les premiers habitants de la Cité, soyez en dignes. »


Les Troubles (un nouvel Oracle)

Les années qui suivirent, virent la ville croître, grandir, s’étendre. Petit à petit la forêt recula, et les habitations arrivèrent jusqu’au Palais de l’Oracle. La population comptait plusieurs milliers d’habitants, les ressources naturelles des lieux fournissaient en abondance la nourriture nécessaire.

Sur le lieu où l’homme était apparu, un immense cirque avait été construit et servait de lieu d’amusement à la population. A cet endroit, aucun accident n’était à déplorer, et quand le sang coulait cela ne laissait jamais de séquelles. Les habitants avaient pris l’habitude de venir régler leurs querelles en ce lieu.

La population était bigarrée, on pouvait y croiser des nains, des elfes et des orcs au milieu des humains, sans que cela ne choque personne. Il n’y avait que le Palais de l’Oracle où nul n’osait pénétrer, les Lupins qui se tenaient devant les ports suffisaient à tenir à l’écart les curieux.

Les descendants des survivants du massacre se faisaient appeler la Famille pour montrer qu’ils étaient unis par le sang, celui versé par leurs ancêtres. La Famille décida de construire un palais aussi grand que celui de l’Oracle afin de montrer qu’ils n’avaient pas peur d’elle. Une fois ce bâtiment construit, la Famille s’installa à l’intérieur, dans l’un des couloirs le nom de chacun d’entre eux fut inscrit.

Les membres de la Famille dirigeaient la Cité, la protection de l’homme avait eu des conséquences inattendues, ils vivaient plus longtemps, avaient plus de chance que les autres, et naturellement au fil des années, ils avaient accumulé la plus grande partie des richesses de la Cité, les autres habitants étant plus ou moins à leur service.

La situation était en équilibre précaire. L’étincelle qui provoqua l’explosion fut la destruction de l’arbre qui se trouvait devant le Palais. La colère de l’Oracle fut terrible, ses serviteurs se répandirent dans la Cité à la recherche des auteurs du méfait. La Famille était protégée, mais pas les autres habitants qui souffraient. La population tenta de se défendre, mais mal armée et pas entraînée, elle ne pouvait rien faire contre les Lupins. Le sang se mit à couler à flot.

Les membres de la Famille se retranchèrent dans leur palais et chassèrent tous les autres habitants. Ils avaient décidé d’attendre que le calme revienne. En ville, nul ne savait qui avait détruit l’arbre, mais tout le monde le recherchait.

D’un lac proche, sortit une créature ressemblant un peu à un elfe, sauf qu’elle faisait une bonne dizaine de mètres de haut. En pleurant, elle s’approcha de l’endroit où l’arbre s’était tenu. Elle toucha le sol, et poussa un cri strident. « C’est toi qui l’a tué, toi qui était celle que notre Mère avait choisi, toi qui pouvait tout. Sauvage tu es, sauvage tu resteras, puisqu’il en est ainsi, j’en appelle à notre Oncle pour qu’Il vienne te punir. »

Des Lupins sautèrent sur la créature, elle ne se défendit pas, et se fit déchiqueter en pleurant. A son dernier souffle, son corps se désagrégea et une fine pluie de poussières tomba sur le sol.

Les lupins n’eurent pas le temps de se réjouir, que leurs cœurs cessèrent de battre. L’homme passa au milieu des corps, et entra dans le Palais. Quelques instants plus tard, les Lupins du Palais s’enfuirent dans la forêt.

Il ressortit, traînant l’Oracle, morte. Il se dirigea vers le cœur de la ville, et entra dans une taverne. Il se dirigea vers un homme assis seul dans un coin. « Toi dont le cœur est froid, tu seras Mon serviteur ici. Tu seras chargé de protéger Ma Sœur qui repose, et la Cité. Voici tes gardes pour te défendre contre ceux que la précédente Oracle avait. » Les autres personnes présentes commencèrent à changer, à muter, à grandir, leur corps se muscla et blanchit. Ils étaient devenus des ogres, des ogres blancs. « Tu es Mon Oracle, Je te donne le pouvoir d’utiliser l’énergie de Ma Sœur, mais tu es Mon serviteur pas le Sien. » L’homme quitta les lieux rapidement. Le nouvel Oracle se dirigea vers le Palais, suivit de ses Ogres Albinos.


Le Pacte et les premières arènes

Les mois qui suivirent furent difficiles pour tous, il y avait beaucoup à reconstruire, et les gens en voulaient à la Famille de ne pas les avoir aidé. L’Oracle maintenait l’ordre d’une poigne d’acier dans un gant de titane. Il imposa à la Famille de devenir les Familles, et des citoyens obtinrent à leur tour le droit de fonder une Famille, une des nouvelles Familles.

Mais l’énergie créatrice continuait à affluer dans la Cité, aidant souvent ses habitants, mais posant tout aussi souvent de nombreux problèmes. Régulièrement, les Ogres Albinos devaient venir nettoyer les restes provoqués par une de ces explosion de puissance.

L’Oracle ne savait que faire, il avait été un mercenaire réputé, pas un magicien ou un prêtre. Il décida d’aller voir le lac d’où était sorti la créature. Il pénétra seul dans les eaux glacées, le brouillard le dissimula assez vite.

Il revint quelques jours plus tard, et fit se rassembler la population. « Citoyens de la Cité, j’ai conclu un Pacte avec les Anciens, les premiers habitants des lieux. Quand nous aurons besoin de leur aide, il suffira à un homme seul et sans arme de les appeler. En attendant, ils m’ont donné une solution pour notre problème. Il n’y aura plus ces explosions de violence sans limite et sans retenue dans notre bonne ville. »

L’Oracle fit un geste, et une forme lumineuse se forma devant lui, et alla se poser dans le cirque. « La Grande Arène vient de naître. » Une deuxième forme lumineuse se posa à l’endroit où l’arbre avait vécu. « La Petite Arène vient de naître. »

Aux deux endroits, l’espace sembla se déformer pour laisser de la place à un lieu nouveau. « Ici, la violence et la haine seront canalisées, seuls ceux présents dans la Cité ou ceux qui leur sont proches pourront y pénétrer. Ce sont les premières arènes de la Cité. »

Au fil des années, à chaque fois qu’un surplus d’énergie créait une graine, l’Oracle donnait naissance à une arène. Ainsi naquirent le Champ de Bataille, la Plaine des Larmes etc.…


Les étrangers (un nouvel Oracle)

La Cité prospérait de plus en plus, sous la férule de l’Oracle, elle atteint le million d’habitants. Ce qui fit que nul ne remarqua le premier étranger.

C’était un humain apparemment comme les autres, sauf que personne ne comprenait sa langue. Il erra quelques temps dans la ville, avant d’être détroussé par des voleurs et de se noyer dans le fleuve.

D’autres étrangers arrivèrent petit à petit, pendant longtemps, on ne les remarqua pas, ils avaient la même apparence que les autres habitants, ou presque. Un minotaure ou un ratling étaient quand même plus différent des quatre races des fondateurs qu’un elfe à la peau légèrement bleutée.

Un étranger humain fut celui qui fit que l’on découvrit leur existence. Dans une bagarre d’auberge, il brûla ses adversaires en les regardant. L’Oracle intervint et tua le meurtrier, mais la rumeur enfla. Certains possédaient des pouvoirs magiques.

Un homme avec des ailes fut découvert mort dans une ruelle, c’était sûr maintenant, il y avait des étrangers à la Cité en ville.

L’Oracle réagit comme il l’avait toujours fait face à ce qu’il percevait comme une menace, il tenta d’éliminer ces intrus. Mais il ne comprenait que peu de choses aux arts occultes.

Les Familles anciennes virent dans ces étrangers un moyen de regagner leur influence passée. Ils engagèrent des magiciens, et apprirent leurs secrets. Suite à cela, ils créèrent un golem quasi indestructible et le lancèrent à l’assaut de l’Oracle, se disant que s’il arrivait à le tuer, ils pourraient reprendre le pouvoir. Les Ogres Albinos ne purent retenir cette créature qui ne sentait pas leurs coups. L’Oracle ne put tuer ce qui n’était pas vivant, et fut blessé, une fois, deux fois, dix fois…

Il chancela et tomba. Le golem se dirigea ensuite vers la ville et commença à traquer les étrangers, les tuant les uns après les autres. Il attaquait un guerrier mage qui venait d’entrer en ville, quand l’homme aux yeux gris s’interposa, le poing du golem heurtant sa poitrine, le golem tomba en poussière.

L’homme regarda le guerrier-mage. « Tu es venu ici pour chercher le pouvoir absolu, le voilà. Que ton armure devienne d’or, que ta magie soit puissante, que tu sois mon nouvel Oracle. En cette ville, nul ne peut être ton égal, tu auras comme ton prédécesseur l’énergie de Ma Sœur, mais il semble que toi tu sauras quoi en faire. »

Les Ogres Albinos entourèrent leur nouveau chef et le saluèrent.


La Domination (nouvelles arènes)

Sous l’influence du nouvel Oracle, la Cité grandit sans plus de retenue, sa population devint immense. Elle atteignit l’océan. Les royaumes proches furent absorbés, les plus lointains se déclarèrent les loyaux alliés de la Cité.

Les graines, mieux guidées et soutenues par l’Oracle, donnèrent naissance à des arènes plus variées, avec des paysages, des climats, des bâtiments différents. La Cité croissait, croissait.

En ville, quelques Lupins réapparurent, faisant profil bas, et quand ils croisaient des Ogres Albinos, l’air se chargeait d’électricité.

Un nouveau pouvoir se fit sentir dans la Cité, à côté des Familles anciennes et nouvelles, de l’Oracle, les Alliances, regroupements des gladiateurs des arènes, étaient maintenant une force qui comptait.

Régulièrement, un homme tentait de prendre le pouvoir, utilisant à chaque fois des tactiques différentes, à chaque fois il était vaincu.

L’Oracle n’intervenait que très peu dans la vie quotidienne des gens, sauf quand lorsque la pression de l’énergie divine devenait trop forte, il modifiait la réalité. Un jour les katanas étaient les meilleures armes, le lendemain, ils étaient tous subtilement déséquilibrés, ce qui les rendait d’un maniement différent.

Tout allait donc bien quand….

Une Lupine défia l’Oracle utilisant contre lui des règles oubliées, et avec ses sœurs, battit les Ogres Albinos. Profitant de ce fait, les Lupins rénégats rappelèrent à la vie leur créatrice, leur déesse, la première Oracle, celle incarnant la création sauvage et indomptable, alors que l’Oracle actuel est le serviteur de Mort. Leurs pouvoirs sont différents, mais ils sont tous deux capables d’utiliser l’énergie émise par Création.

Pour des raisons qui lui sont propres (mais peut-être n'avait-il pas le choix), l'Oracle se tourna vers les habitants de la Cité Eternelle pour leur permettre de se dresser contre les Lupins du Clan de la Lune d'Emeraude, et leur enseigna le rituel permettant de créer des Liches.

Aujourd'hui, Isis comme l'Oracle semblent poursuivre des objectifs cachés, et les habitants de la Cité Eternelle commencent à chercher à comprendre ce qui se passe réellement, tout en contenant la menace que font peser sur la Cité les Lupins renégats.

Ainsi s'achève la Geste de Dino. Son auteur, qui a souhaité conserver l'anonymat de peur de représailles, a passé des centaines d'heures, sous couvert de nettoyer des latrines, à compiler ces informations pour en tirer ce récit.

Si vous voulez en savoir plus, je n'ai qu'un conseil à vous donner : soyez prudents. Il n'est pas toujours bon d'en savoir trop...